L’investissement locatif garde la cote

L’immobilier est l’actif privilégié des Français. Selon la dernière étude du Crédit Foncier, si elles disposaient d’une somme d’argent à investir, les personnes interrogées répondent qu’elles privilégieraient en premier choix l’immobilier (68 %), puis l’assurance-vie (16 %), l’épargne sécurisée (10 %) et les marchés financiers (7 %). Cet attrait ne se dément par la suite, car après avoir réalisé un investissement locatif : 93 % des investisseurs se disent très ou assez satisfaits de l’investissement qu’ils ont réalisé.

Face à la volatilité des marchés financiers et à des placements de taux toujours en panne, l’investissement immobilier garde la cote. Même si le rendement locatif moyen s’érode pour cause de hausse des prix et des charges, il demeure honorable, évoluant entre 2 % et 5 % par an selon la localisation. Par ailleurs, avantage unique de la pierre par rapport à d’autres placements financiers, le recours au crédit. Dans le contexte actuel, l’effet de levier est d’autant plus puissant que les taux frôlent toujours les plus bas historiques.
Selon, le courtier meilleurtaux, les meilleurs dossiers peuvent prétendre actuellement à des taux de crédit de 0.80 % sur 15 ans, 1.00 % sur 20 ans et 1.25% sur 25 ans.

L’investisseur a le profil type suivant. Âgé en moyenne de 45 ans, vivant en couple (72 % d’entre eux), un investisseur locatif dispose dans son ménage d’un revenu moyen de 71 100 euros. Les investisseurs locatifs privilégient les appartements (92 % contre 8 % pour les maisons). Le bien acquis comporte en moyenne deux pièces (60 % des biens loués sont des studios ou deux pièces) pour une surface de 45 m2. Ce bien est très souvent acquis grâce à un financement avec peu ou pas d’apport sur une durée moyenne de 20 ans et 10 mois. Les régions qui concentrent les investissements sont l’Occitanie (27%) et l’Île de France (23%

Les motivations sont différentes entre le marché du neuf et de l’ancien. Dans le neuf, la première motivation est fiscale (71 % des répondants), devant le désir de se constituer un patrimoine (48 %) ou le souhait de disposer plus tard d’un revenu complémentaire à la retraite (40 %). Plus de la moitié des investisseurs (56 %) ont l’intention de revendre ce bien plus tard. L’investissement se fait majoritairement dans une zone géographique éloignée du domicile de l’investisseur : pour 57 % d’entre eux dans un autre département ou une autre région. Dans l’ancien, la fiscalité n’est que la 8ème motivation (11 % des répondants), loin derrière le souhait de disposer plus tard d’un revenu complémentaire à la retraite (67 %), le désir de se constituer un patrimoine (63 %) ou encore la constitution d’un capital pour le transmettre à ses enfants (39 %). Un tiers des investisseurs (32 %) a l’intention de revendre le bien plus tard. L’investissement se fait essentiellement (pour 63 %) à proximité du domicile de l’investisseur.

Source : Etude Crédit Foncier, INSEE, meilleurtaux, Les Echos Patrimoine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.